- Texts

 

LE MIEL DE PROMĖTHĖE

                                                                              

                                                          Par JOSĖ PIERRE

 

 1. Sous quelle forme désirons-nous survivre ?

  Moi dit le grand général sous la forme dune montagne de morts. 

Mais les morts se conservent mal au grand air, même sous forme de squelettes.

  Moi dit le grand législateur sous la forme dune montagne de bébés.

Mais les bébés eux aussi se conservent mal : Ils vieillissent et meurent.

  Moi dit Don Juan sous forme dune montagne de femmes.           

Mais les femmes tiennent difficilement en place et même si on les a séduites disparaissent bientôt à lhorizon

  Ainsi Théodoros le sculpteur a-t-il choisi de survivre sous la forme de l érection perpetuelle.

 

 2. Sous quelle forme Prométhée ambitionnait-il de survivre ?

  Etait-ce sous la forme dun hymne entonné en son honneur tous les matins par les petits enfants des écoles ?

  Etait-ce sous la forme, commode, dun de ces petits briquets les criquets  que lon jette après usage ?

  Ou sous celle dune boîte de sardines mon ami Ragnar von Holten, dans son livre sur Gustave Moreau, a reproduit une boîte de sardines dédiée au célèbre voleur de feu  ?

  Théodoros le sculpteur, pour sa part, a choisi de survivre sous la forme du goût de miel sur la langue et le palais, car le miel lui aussi et pas seulement celui de lHymette fut volé aux dieux.

 

 3. Cest la mission même des artistes de se rebeller contre les dieux et de leur arracher le feu et le miel et lintense volupté de lérection.

  Aujourdhui, Théodoros le sculpteur se rebelle contre lOlympe des mass-media qui régente notre œil et notre oreille.

  Sil préfère sculpter le son, la saveur ou la caresse, non seulement libre à lui, mais libre à nous. Car cest le chemin le difficile chemin de notre propre liberté quil nous montre.

 

                                                                       Paris le 8 décembre 1974

 

 

 

 

- Return to Texts